POUR DES PROJETS INCLUSIFS, ADAPTÉS, EFFICIENTS & RESPECTUEUX

Tout projet, programme, politique publique s’inscrit dans un territoire et vise des hommes et des femmes marqués par une histoire, une économie, une organisation, des  logiques d’appartenance, des valeurs, des représentations et des pratiques spécifiques.

Négliger les facteurs sociaux et culturels, ainsi que l’inclusion, la représentation et la participation de chaque citoyen, pris dans leur diversité, dans la co-construction du projet, c’est prendre le risque de générer des situations conflictuelles, de rejet et des difficultés opérationnelles préjudiciables à la mise en œuvre et la viabilité du projet.

En choisissant au contraire une démarche fondée sur :

  • Une meilleure compréhension des enjeux et des contextes,
  • La prise en compte de chaque citoyen, de leurs pratiques et représentations, des contraintes des uns et des autres, des intérêts divergents,
  • L’instauration d’un dialogue transparent et équilibré,
  • La mise en œuvre d’une démarche de co-construction et de participation,

Les porteurs de projets se donnent la possibilité de limiter les risques sociaux, de développer un projet adapté à ses usagers et habitants, de déminer les peurs et donc de surmonter les conflits en répondant aux interrogations. Une telle démarche facilite par là même le bon déroulement du projet, son appropriation par les habitants et la maitrise des dépenses en évitant les erreurs, les remises en cause et les modifications tardives pour répondre à des attentes et besoins concrets et réels, tout en motivant un réengagement citoyen dans le projet.

Si le projet doit être participatif et délibératif, il doit également être inclusif, c’est-à-dire inclure les pratiques, les attentes, les besoins, les contraintes et les intérêts de ceux qui sont absents des collectifs, de ceux qui ne souhaitent pas être engagés pour de multiples raisons.


UN OBSERVATOIRE DES DROITS SOCIAUX & CULTURELS

AnthropoLinks est un acteur militant, engagé dans la défense des droits sociaux et culturels des hommes et des femmes partout dans le monde. Dans cet objectif, son équipe intervient à de multiples niveaux : dans les sphères internationales pour agir sur le renforcement des droits humains ;  localement, par sa contribution à la mise en place et l'évaluation d'initiatives socialement et culturellement adaptées ; en tant qu'observateurs des respects des droits humain dans le cadre de projets fortement impactants.

ENTREPRISE SOCIALE ET SOLIDAIRE

D’abord constitué sous forme associative en 2011, AnthropoLinks s’est transformé en 2013 en SCOP-SARL, forme juridique qui reflète au mieux nos valeurs humaines et économiques (gestion collective, ouverture du capital aux salariés, transparence des salaires et partage équitable des bénéfices).


JEUNE ENTREPRISE INNOVANTE

Les experts d’AnthropoLinks sont chercheurs associés du Muséum national d’Histoire naturelle, institution historique spécialisée sur les interactions des Hommes et des Sociétés avec leurs milieux de vie. Par ces liens privilégiés, AnthropoLinks est acteur de la recherche scientifique, en participant à des travaux de recherche, en diffusant ses savoirs au travers des enseignements, en encadrant de nombreux stages, en publiant ses travaux de recherche ou par son implication dans les Comités de Rédaction de plusieurs revues.

AnthropoLinks a été labellisée Jeune entreprise innovante depuis 2011 pour les travaux de recherche et d’innovation qu’elle réalise chaque année. L’équipe dédie une partie de son temps pour des activités de recherche dans le but de proposer des méthodologies toujours plus appropriées et sortant des cadres communs. Elle s’attache plus particulièrement à créer de nouveaux indicateurs venant compléter ceux existant à partir de données qualitatives originales, collectées sur le terrain.


Deux associées – Experts principaux


Aurélie Druguet - Sociologue Anthropologue

Aurélie Druguet

Diplômée en écologie, Docteur en socio-anthropologie, également qualifiée en géographie sociale pour son travail sur la notion de territoire et d’espace vécu, et chercheure associée au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, Aurélie Druguet a travaillé sur des thématiques variées en France, en Asie et en Afrique. Ses multiples expériences lui ont permis de développer un savoir-faire sur les enjeux agricoles et de développement en milieu rural mais également sur les différents enjeux liés à la ville : gestion des déchets, système d’assainissement, logements sociaux, consommation énergétique, pratiques culturelles, mobilité, infrastructures et services sociaux, patrimoine, paysage, changement climatique, etc. Elle apporte également son expertise dans le cadre d'études d’impacts sociales et environnementales (EISE) et dans les projets de réinstallation et de compensation (RAP).



Marine Robillard

Docteur en anthropologie de l’environnement et chercheure associée au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, Marine Robillard possède plus de 10 ans d’expérience de terrain et est spécialisée sur les questions de gouvernance environnementale, de gestion participative des ressources naturelles et de droits des peuples autochtones. Depuis plus de 6 ans, elle réalise des études d’impacts sociales (EIES), et participe à des projets de réinstallation et compensation (RAP), veillant à l’application des standards internationaux. Elle réalise en outre des expertises sociales dans le cadre de projets de gestion des ressources naturelles, de valorisation du patrimoine et d’analyse des politiques publiques.


… et toute une équipe de juniors et de partenaires à mobiliser